Gabriel Cohn Bendit : ‘Les grandes vacances sont un non-sens pédagogique’

Fondateur du premier lycée expérimental, à Saint-Nazaire1, Gabriel Cohn Bendit, professeur d’allemand aujourd’hui retraité, n’a rien perdu de sa verve militante dans la dénonciation des incohérences de la « machine école. Son point de vue sur les vacances scolaires…

Les professeurs ont-ils trop de vacances ?

Si les enseignants ont des vacances en été, c’est parce qu’à la fin du XIXe siècle, la France était à plus de 60% une société paysanne. Or jamais les paysans n’auraient accepté de laisser leurs enfants à l’école pendant les travaux des champs. Il fallait qu’ils les aident. Les enseignants étaient donc, durant cette période, au chômage technique. En 2006, 5% de la population est paysanne, 95% vit dans les villes. Il n’ y a plus de travaux des champs mais les enseignants partent toujours en vacances ! Et l’été, les gosses restent dans les quartiers. Il y a un divorce complet entre les congés des enseignants et ce qui se passe pour les enfants.  Les professeurs devraient se préoccuper un peu plus de ce que deviennent les enfants pendant ces deux mois.

Les vacances sont-elles aussi trop longues pour les enfants ? 

Elles sont une source de divorce culturel entre ceux qui partent et ceux qui ne partent pas. Pédagogiquement il y a un non sens des longues vacances. Un tiers de la population, dont des enfants, ne part pas : comment peut-on les laisser aussi longtemps à l’abandon ? Pour tous ceux qui ne vont pas au musée avec les parents, qui ne visitent pas de ville, c’est une perte sèche.

Quel devrait être le rôle des enseignants pendant cette période?

Les professeurs devraient donner un mois tous les quatre ans, sans se faire payer, pour encadrer des jeunes. Ce serait tellement riche si les pédagogues passaient des moments non scolaires avec les mômes : ça c’est mon vieux dada ! Quelqu’un qui veut enseigner au lycée devrait faire des colonies de vacances et passer son Bafa. Je ne prétends pas qu’un professeur, c’est un moniteur de colonie, mais j’ai toujours dit que si on n’est pas capable d’animer des colonies, on ne peut pas être professeur.

Mais les vacances, c’est un temps de récupération pour tout le monde, enseignants et enfants compris …

Les professeurs qui se plaignent de la fatigue, c’est scandaleux ! On n’entend pas un routier ou un type du bâtiment se plaindre avec seulement quatre semaines de vacances. Mais alors pour nous autres les professeurs ce serait l’épuisement total ? Les gosses sont fatigués ? C’est scandaleux ! Qui fatigue les gosses ? Qui leur donne du travail au point qu’au bout de 7 semaines ils ont besoin de souffler ? Il suffirait de leur donner moins de devoirs. L’école devrait comprendre qu’un enfant de 6 ans n’a pas le même rythme qu’un ado, qu’un pré-ado, etc. L’école ne réfléchit pas aux demandes des enfants. Ils doivent se soumettre au monde des adultes qui définit à quel rythme on doit apprendre. On leur impose un rythme fou contre nature.

Comment se passaient les vacances au lycée expérimental de Saint-Nazaire ?

On n’a pas réglé ça mieux qu’ailleurs. Les enseignants avaient des vacances et ça posait des problèmes parce que les élèves qui restaient à Saint-Nazaire voulaient pouvoir accéder quand même au Lycée.


Propos recueillis par Hanna Mbonjo




(1) Le lycée expérimental de Saint Nazaire a été créé en 1982. C’est un lycée public dont l’organisation repose sur la cogestion : les décisions pédagogiques ainsi que celles qui concernent le fonctionnement de l’établissement sont prises à parité par les élèves et l’équipe enseignante.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.