Jacques Chirac vient d’adresser une lettre au secrétaire générale de l’UNSA qui s’était ému auprès du Président de la République du sort des parents sans papiers d’enfants scolarisés. Le syndicaliste demandait que les autorités renoncent à poursuivre ces familles.

Le chef de l’état écrit que « le seul fait d’avoir accès à certains services publics universels tels que la scolarisation obligatoire ne saurait en soi conférer un droit au séjour sur le territoire national. Notre pays doit demeurer un pays d’accueil mais ne peut pas (…) accueillir tous ceux qui voudraient le rejoindre pour des raisons économiques ».

Le président ajoute que « ces principes doivent être appliqués dans un esprit d’humanité » et précise que « c’est le sens des dispositions prises par le gouvernement qui prévoient l’examen, au cas par cas, de la situation de chaque famille par les préfets. Cela permettra d’admettre au séjour certaines de ces familles, à titre dérogatoire et humanitaire », conclue le président.

Sources UNSA Education, AEF