François Goulard, ministre délégué à l’Enseignement supérieur, a jeté lundi 13 juin 2006, un pavé dans la mare lors du dîner-débat organisé par d’anciens élèves de Centrale. En effet, il a proposé de rapprocher les universités et les grandes écoles, mais également de rassembler ces dernières sous l’unique tutelle de l’Education nationale. Un discours auquel la Conférence des grandes écoles (CGE, qui représente 220 écoles) a réservé hier un accueil glacial lors de sa conférence de presse annuelle.

« Quand on parle d’une réforme, il faut d’abord présenter les problèmes que l’on veut résoudre. Or, là, je ne comprends pas quels sont les objectifs du ministre. Les relations écoles-universités existent déjà, même si nous devons les développer », a ainsi lancé le président de la CGE, Christian Margaria. Certains établissements redoutent que le ministre soit tenter d’aller plus loin et préconise l’absorption pure et simple des écoles dans les universités.

Pour sa part, la Conférence des présidents d’université (CPU) voit se rapprochement d’un autre œil. « Chacun a à gagner à ces rapprochements. Ceci dit, je comprends les craintes des écoles et nous devons leur apporter certaines garanties », a souligné Yannick Vallée, premier vice-président de la CPU.

Source Les Echos