Les salaires des enseignants sont loin d’être faramineux, cela tout le monde le sait. Ce qu’on sait moins, c’est qu’un tiers des enseignants bulgares cultivent un potager et font de l’élevage afin de pouvoir subvenir à leurs besoins, tant leurs revenus sont faibles. Le hic, c’est que ces activités leur prennent un temps fou, et qu’ils n’ont absolument plus le temps de lire, ni de se former. La qualité de leurs cours s’en ressent.


Source Standart News,18/05/2006.