Dans une interview au Figaro, Jean-Robert Pitte estime que l’enseignement supérieur traverse une crise profonde, révélée au grand jour par les manifestations contre le CPE. Le président de la Sorbonne demande ainsi une réforme de fond en comble de l’enseignement supérieur.

Il préconise l’augmentation des droits d’inscription à l’Université car, selon lui, « un service gratuit est déconsidéré et finit par se dégrader. » Il souhaite aussi fixer des numerus clausus sévères dans certaines disciplines, notamment celles des « humanités » : « il faut mieux orienter les étudiants pour qu’ils ne s’inscrivent pas dans les filières de leur choix qui sont bouchées pour la plupart (psychologie, sociologie, STAPS et lettres) », dit-il.

Les formations courtes, de types BTS ou IUT, doivent par ailleurs faire l’objet d’un développement massif car elles offrent des débouchés et des perspectives de carrière. Enfin, il faut rapprocher les grandes écoles des universités. De manière générale, Jean-Robert Pitte déplore que ni la gauche ni la droite « ne prenne à cœur ce besoin crucial de réforme ».

Source Le Figaro