La Société des agrégés de l’université vient de rendre des propositions pour lutter contre la violence scolaire. Il s’agit tout d’abord de rétablir clairement les valeurs fondatrices de l’école, la primauté du savoir, la valeur d’une véritable instruction, la vertu de l’effort, la joie de la découverte et la beauté de l’étude rigoureuse.

La Société des agrégés préconise ainsi de rétablir le maniement correct de la langue française, pour substituer le dialogue à la violence. Elle demande également de renoncer à la note de vie scolaire au brevet des collèges au profit de remarques dans les bulletins scolaires. La troisième proposition vise à refuser la dénaturation du métier de professeur et rétablir l’autorité légitime du corps enseignant. L’association demande aussi que les sanctions contre les élèves ne soient pas effacées automatiquement des dossiers administratifs au bout d’un an.

En revanche, la Société des agrégés se prononce contre la présence de policier référent dans les établissements mais souhaite que la sécurité des élèves soit mieux assurée aux abords. Enfin, l’association réclame que les professeurs disposent d’un guide juridique relatif aux conduites à tenir en présence d’un comportement inquiétant ou violent.

Source AEF