Brighelli

Encore une fois, monsieur Brighelli donne des leçons à tout le monde et assène des contre-vérités. Tant pis si à l'école primaire on prône au contraire un vrai contact avec la littérature. Tant pis si des chercheurs travaillent depuis des années sur la lecture et nous apportent des solutions riches, complexes, qui demandent certes un vrai travail intellectuel que l'auteur de ''la fabrique des crétins'' méprise visiblement (lire par exemple tout le débat sur la lecture qu'on trouve dans de nombreux sites, dont http://www.cahiers-pedagogiques.com/article.php3?id_article=2077). Tant pis s'il s'agit plus que jamais de former des professionnels, capables de faire travailler les élèves en projet, pour donner du sens aux apprentissages, pour , comme je l'ai indiqué dans un livre récent ''transmettre vraiment une culture à tous les élèves'' (http://www.cahiers-pedagogiques.com/lire.php3) où j'expose des exemples pratiques d'un enseignement à la fois exigeant et non-élitiste. Tant pis, ce monsieur, grisé par des succès médiatiques à la Paul-Louis Sulitzer, croit bon de donner ''ses '' solutions, et édicter le bien et le mal (celui-ci se réduisant aux prétendus ''pédagogistes'').

POur ma part, enseignant en ZEP, travaillant dans des collectifs, dont les cahiers pédagogiques, je continuerai à dénoncer ces impostures des donneurs de leçons enfatués d'eux-mêmes en même temps que sur le terrain, je poursuivrai un travail difficile pour former des citoyens capables de répondre aux défis du monde de demain, celui du réchauffement climatique, des dangers divers (terrorisme et autres), des défis technologiques, en conjuguant l'indispensable legs du passé (auquel je suis absolument attaché, en tant qu'admirateur des Lumières) et l'ouverture à l'avenir qui ne sera pas noir seulement si nous savons ne pas nous tourner vers un passé irrémédiablement révolu, messieurs qui aimez regarder sans cesser dans le rétroviseur.

jean-michel Zakhartchouk

Encore une fois, monsieur Brighelli donne des leçons à tout le monde et assène des contre-vérités. Tant pis si à l’école primaire on prône au contraire un vrai contact avec la littérature. Tant pis si des chercheurs travaillent depuis des années sur la lecture et nous apportent des solutions riches, complexes, qui demandent certes un vrai travail intellectuel que l’auteur de « la fabrique des crétins » méprise visiblement (lire par exemple tout le débat sur la lecture qu’on trouve dans de nombreux sites, dont www.cahiers-pedagogiques.com/article.php3?id_article=2077). Tant pis s’il s’agit plus que jamais de former des professionnels, capables de faire travailler les élèves en projet, pour donner du sens aux apprentissages, pour, comme je l’ai indiqué dans un livre récent « transmettre vraiment une culture à tous les élèves » (www.cahiers-pedagogiques.com/lire.php3)


où j’expose des exemples pratiques d’un enseignement à la fois exigeant et non-élitiste. Tant pis, ce monsieur, grisé par des succès médiatiques à la Paul-Louis Sulitzer, croit bon de donner « ses » solutions, et édicter le bien et le mal (celui-ci se réduisant aux prétendus « pédagogistes »).
Pour ma part, enseignant en ZEP, travaillant dans des collectifs, dont les Cahiers pédagogiques, je continuerai à dénoncer ces impostures des donneurs de leçons enfatués d’eux-mêmes en même temps que sur le terrain, je poursuivrai un travail difficile pour former des citoyens capables de répondre aux défis du monde de demain, celui du réchauffement climatique, des dangers divers (terrorisme et autres), des défis technologiques, en conjuguant l’indispensable legs du passé (auquel je suis absolument attaché, en tant qu’admirateur des Lumières) et l’ouverture à l’avenir qui ne sera pas noir seulement si nous savons ne pas nous tourner vers un passé irrémédiablement révolu, messieurs qui aimez regarder sans cesser dans le rétroviseur.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.