Les quelque 12 millions d’élèves français, scolarisés de la maternelle à la terminale, seront dispensés de cours le lundi 5 juin, jour de la Pentecôte, après le fiasco du premier lundi de Pentecôte travaillé, en 2005. Des pointes d’absentéisme à 80% avaient été observées ce jour-là.

Seuls les personnels se plieront à une journée ou deux demi-journées « consacrées hors temps scolaire à la concertation sur un projet d’école », à une date à définir avec les chefs d’établissement. L’objectif étant de « consacrer du temps aux élèves sans les élèves », selon le ministère de l’Education nationale. Dans la Fonction publique d’Etat (2,5 millions de personnes), une circulaire de septembre 2005 prévoit un lundi de Pentecôte non travaillé, mais un jour de RTT en moins.

Pour les Fonctions publiques hospitalière et territoriale (2,5 millions d’agents au total) les comités techniques paritaires avaient jusqu’au 31 décembre 2005 pour arrêter un dispositif, et la quasi majorité a aussi choisi un lundi de Pentecôte non travaillé avec décompte forfaitaire d’une RTT.

Source AFP