La présidente du MEDEF, estime que les nouvelles mesures remplaçant le CPE « ne suffisent pas pour faire face à l’ampleur » du chômage des jeunes. Laurence Parisot souhaite établir en matière de licenciement « le même type d’approche » que le « divorce par consentement mutuel ». Selon elle cela représenterait une avancée décisive pour améliorer la fluidité du marché du travail.

Laurence Parisot propose aux principaux syndicats de salariés des rencontres séparées « pour faire le point et tirer les enseignements » de la crise du CPE.

Le débat à l’Assemblée sur la proposition de loi UMP visant à remplacer le CPE a débuté mardi soir à l’Assemblée. Le nouveau texte pourrait être voté « d’ici la fin de la semaine », selon le président du groupe UMP à l’Assemblée Bernard Accoyer.

Sources AFP, Les Echos