Le SNUipp-FSU, a déploré hier mardi 4 avril 2006 dans un communiqué « l’idée d’un minimum de savoirs et attitudes à acquérir à la fin de la scolarité, notamment pour se débrouiller ‘dans la vie courante’ instauré par le socle commun ». Ce constat fait suite aux recommandations rendues publiques jeudi dernier à propos du socle commun par le Haut conseil de l’Education.

Le syndicat du premier degré regrette que les « apprentissages de l’école primaire [soient] réduits à lire, écrire et calculer ». « Laisser croire aux parents que le socle sera une solution magique à la lourde question de la difficulté scolaire et de la lutte contre l’échec, relève d’une imposture », a ajouté le SNUipp.

Le syndicat a rappelé que la lutte contre l’échec passait plutôt par des postes d’enseignants supplémentaires permettant travail en équipe et soutien personnalisé. Alors que le HCE « propose de mettre en œuvre le socle à l’école primaire dès l’année prochaine », le SNUIPP demande au ministère de l’Éducation « d’ouvrir rapidement des discussions sur ce sujet ».

Sources AFP, AEF