Lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée, Dominique de Villepin a affirmé vouloir « avancer avec les partenaires sociaux sans a priori, engager toutes les discussions nécessaires » pour résoudre la crise du CPE. Ces discussions pourraient porter sur les conditions du licenciement et la durée de la période d’essai, deux points essentiels rejetés par les syndicats.

Concernant les conditions du licenciement, le référent chargé d’épauler le titulaire d’un CPE pourrait avoir vocation à recueillir des « explications » sur la rupture du contrat. Sur la période d’essai de deux ans, elle pourrait être diminuée par des accords de branche, négociés par les partenaires sociaux.

En attendant, la mobilisation ne faiblit pas. Environ 40 000 personnes ont encore manifesté mardi 21 mars dans toute la France. Le défilé parisien a réuni au moins 5 000 étudiants et lycéens. D’autres manifestations seront organisées jeudi 23 mars avant la grande journée nationale d’action du 28 mars.

Source : L’express, AP