Vers une discrimination positive à la française

- Des propositions pour contrebalancer les effets pervers

Compte tenu des inégalités croissantes en France, de nombreuses voix s’élèvent pour appliquer un système de discrimination positive comme cela se fait depuis longtemps aux Etats-Unis.

Pour Thomas Piketty, économiste, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), outre-Atlantique, ces dispositifs d’admission préférentielle dans les universités sont essentiellement basés sur des critères ethniques. Selon le chercheur, le débat français s’oriente davantage vers une discrimination positive sur des bases territoriales. Il s’agit d’offrir des admissions préférentielles à des élèves issus de ZEP dans des formations élitistes.

Mais cela n’est pas sans poser des problèmes de favoritisme. Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS propose ainsi d’admettre en classes préparatoires les 7 à 8 % des meilleurs élèves de tous les lycées, y compris ceux de ZEP. Selon lui, cela pourrait avoir un effet fort sur la mixité sociale. Des parents calculateurs pourraient alors vouloir mettre leurs enfants en ZEP pour qu’ils puissent bénéficier de ces admissions. Selon le chercheur, cela pourrait contrebalancer largement les effets pervers de la discrimination positive.

Source Le Monde

Partagez l'article

Google

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.