Gilles de Robien, ministre de l’Education nationale a estimé mardi 14 février 2006 à Toulouse lors d’un débat sur l’insertion professionnelle des jeunes que les différents partenaires du CPE était gagnants.

« L’Etat parce qu’évidemment il y aura moins de jeunes au chômage (…), l’entreprise car elle a des facilités pour embaucher et moins d’appréhension et enfin le jeune, parce que plutôt que d’avoir un contrat à durée déterminée, précaire, il se voit jour après jour consolidé dans son périple au sein de l’entreprise ».

« Ces deux années servent à lui consolider ses droits plutôt que de voir quelque chose qui s’interrompt au premier ou deuxième CDD », a poursuivi le ministre.

Source AFP