Tableaux blancs interactifs : comment choisir ?

Directeur du Centre de documentation pédagogique de la Lozère, Bernard-Yves Cochain est expert extérieur pour l’opération ministérielle Prim TICE TBI1. Tableaux, vidéoprojecteurs, logiciels… Celui qui teste et compare les différents modèles depuis deux ans2 fait le point sur les technologies actuelles.

Pouvez-vous nous définir le tableau blanc interactif?


 


Un tableau blanc interactif (TBI) est un tableau blanc électronique qui, relié à un ordinateur et à un vidéoprojecteur, constitue un dispositif de visualisation collective. Véritable tableau intelligent destiné à de multiples usages et à de multiples utilisateurs, il est plus qu’un « simple » écran informatique dont les contenus peuvent être sauvegardés et modifiés car il permet de commander l’ordinateur auquel il est relié3.



 


En quoi les différents modèles de TBI utilisables en milieu scolaire se distinguent-ils les uns des autres ?


 


Dimensions du tableau, facilités de réglage en hauteur ou calibrage automatique… Les cinq grands fabricants qui participent à l’opération ministérielle4 proposent des tableaux interactifs aux caractéristiques très diverses. Globalement, on distingue les TBI qui s’utilisent avec des stylets spéciaux de ceux qui fonctionnent au doigt. Ces derniers permettent un maniement très intuitif. Les modèles avec stylets évitent les appuis par erreur sur la surface. Les logiciels d’exploitation livrés avec les TBI présentent des fonctionnalités plus ou moins avancées. Les plus simples se contentent de faire des copies d’écran, les plus “intelligents“, entièrement paramétrables, offrent une véritable interactivité quant à l’exploitation des fichiers : il est possible de revenir à tout élément enregistré, pour le supprimer, le modifier, l’agrandir, le faire pivoter… Certains logiciels sont conçus ou adaptables pour les jeunes enfants. Enfin, il existe des différences non négligeables de résolution, de niveau sonore et de luminosité entre les différents modèles de vidéoprojecteurs.


Sur quels critères primordiaux l’enseignant, ou le chef d’établissement, peut-il s’appuyer pour faire son choix ?

A quelles classes le TBI se destine-t-il ? Combien de professeurs différents vont-ils l’utiliser ? Où va-t-il être installé ? Telles sont les questions essentielles que tout futur acquéreur doit se poser avant d’opter pour tel ou tel modèle. Certains TBI avec calibrage automatique de l’image se prêtent particulièrement aux déplacements d’une classe à l’autre. D’autres, par leur hauteur modérée, sont adaptés aux jeunes enfants. Il est possible de compléter l’équipement par une télécommande ou des tablettes sans fil, permettant l’intervention d’une seconde personne n’importe où dans la classe. Les TBI utilisés par plusieurs enseignants ont tout intérêt à être équipés de logiciels permettant une reconnaissance des profils (par exemple avec des clés USB)… Enfin, dans l’optique d’échanges de fichiers avec les collègues, il peut s’avérer très commode de choisir une marque de TBI déjà présente dans les écoles et établissements de la commune. Le vidéoprojecteur doit accepter le mode XGA, être aussi silencieux que possible et avoir une puissance supérieure à 1500 lumens pour permettre son utilisation sans assombrir la classe tout en utilisant le mode économique.


Que penser des TBI dits “de poche” ?


Au terme TBI “de poche”, je préfère celui de Dispositifs Interactifs Mobiles. En effet il ne s’agit pas là de véritables tableaux mais d’éléments (barres ou équerres) à fixer sur n’importe quel tableau blanc pour feutres effaçables. Ces dispositifs sont très maniables, et leur prix (hors vidéoprojecteur) est sensiblement inférieur. Mais leurs fonctionnalités sont moindres et le confort visuel n’est pas celui offert par un TBI car la surface d’un tableau blanc de classe est brillante et la lampe du vidéoprojecteur y forme un point “chaud“ très lumineux. Je ne pense pas que ces dispositifs soient les mieux adaptés dans une salle de classe où ils seraient utilisés régulièrement.


 


Propos recueillis par Marie-Laure Maisonneuve


 


 


(1) L’opération « Usages de tableaux blancs interactifs dans l’enseignement primaire“ a consisté à implanter un millier de TBI dans des classes de l’école primaire au cours des deux dernières années. C’est une partie de PrimTICE piloté par Laurent Odic. Voir le site ministériel
(2) Bernard-Yves Cochain est l’auteur d’un dossier sur les TBI comportant un tableau comparatif des différents TBI ainsi qu’un document sur les logiciels de TBI. Voir la page du CDDP
(3) Pour des exemples d’utilisation, voir la page sur Educnet et cocher la case “Usage d’un tableau blanc interactif“
(4) Calcomp, Hitachi, Polyvision, Promethean et Smart se sont impliqués dans l’opération PrimTICE TBI en donnant du matériel aux écoles et en acceptant les expérimentations avec le ministère. D’autres fabricants proposent des TBI.

Existe-t-il, selon vous, un système idéal ?

En matière de TBI, il n’y a pas de mauvais choix à priori. Ceci étant, je trouve intéressant le tableau au format 16/9 que plusieurs constructeurs proposent. Il rappelle les proportions d’un tableau traditionnel, facilite l’utilisation totale de sa surface et limite l’ampleur des déplacements verticaux qui peuvent être fatigants… Fixé au mur avec un vidéoprojecteur 16/9 fixé au plafond et combiné à un ordinateur portable acceptant ce format, il constitue, à mon sens, une option à envisager.

Partagez l'article

Google

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.