Une trilogie historique rédigée par des élèves

Inventer un personnage, s’emparer de ses émotions et raconter son quotidien : voilà la formidable aventure qu’ont vécue les élèves de Renaud Farella. Cet enseignant d’histoire au collège Léon Blum de Villiers-le-Bel1 a concrétisé un projet inédit : la rédaction par les élèves d’une trilogie historique.

Lorsqu’il entre à l’Université, Renaud Farella n’a aucun doute sur son avenir : il sera enseignant. Cette vocation est née de rencontres au lycée puis en Hypokhâgne : « Au contact de profs passionnés, je me suis forgé ma conception de l’Histoire, une Histoire pensée au sens large, à la lumière de la géographie ou encore de la littérature ». Et c’est cette conception que Renaud veut transmettre à son tour !

Le choix de la ZEP

Un Capes et un stage plus tard, une nouvelle évidence se dessine : l’enseignement en ZEP. « Enfant de Pontoise, je savais les choses différentes à l’autre bout du 95 » explique celui qui, en 2001, débarque à Villiers-le-Bel. « Ici, une panne informatique dure des mois, sourit Renaud, mais 80 ethnies se côtoient dans une relative tranquillité ». Au sein de l’équipe éducative, il rencontre Alain Degenne, professeur de français épris d’histoire. « Au départ, il n’y avait pas vraiment de projet pédagogique. Seulement l’envie de travailler ensemble sur la guerre 14-18, via un atelier d’écriture » résume Renaud.

Une fiction pour comprendre le passé

Ainsi naquit Louis Joubert , un Beauvilérois imaginaire devenu soldat de Verdun sous la plume de deux classes de troisième2. « Au préalable, nous avions étudié les tranchées et analysé de nombreux documents d’époque » précise l’enseignant. Armés de ce bagage, les élèves brossent le caractère et l’histoire de Louis avant d’écrire ou de dessiner les pages de son journal. « Et ce, dans un délai record de deux mois afin de respecter le programme scolaire ». Une période intense donc, au terme de laquelle les élèves, après avoir vu leur livre relié, ont répondu à des interviews et présenté leur travail au Mémorial de Verdun.

Une histoire, des mémoires

« A la rentrée suivante, continue Renaud, plutôt que de répéter l’expérience, nous décidons de la poursuivre au sein d’une trilogie3″. A la vie de Louis, succède celle de Nicolas, son petit-fils4 témoin de la guerre d’Algérie puis, en 2004, celle de Charles, père de Nicolas et facteur sous l’Occupation5 . Nouveaux sujets, nouvelles méthodes, chaque « promotion » se confronte à un exercice littéraire différent : la correspondance fictive pour les uns, le carnet de bord pour les autres. Reflet de la saga familiale, l’échange entre générations devient une clé du projet. Au collège, des témoins racontent le passé. A la maison, le dialogue s’ouvre sur des histoires souvent tues. Et pour Renaud, l’aboutissement ultime reste le déplacement in situ, « pour voir les traces de ce passé mis en mots par les élèves. C’est ainsi qu’en 2004, nous sommes partis à Berlin ».

Ouvrir des perspectives

A l’heure du bilan, l’enseignant mise sur le réalisme : « Nous ne détenons pas la solution-miracle mais ça marche ». Preuve en est la réussite scolaire des jeunes auteurs ou ces signes discrets de fierté comme « les visites d’anciens élèves ou la naissance de vocations ». La trilogie terminée, enseignants et élèves planchent cette année sur la réalisation d’un DVD, l’organisation d’une exposition sur l’immigration et un projet franco-allemand. Rien de moins ! Objectif ? « Offrir aux jeunes la chance de réussir ce qu’ils entreprennent, les amener à exprimer leurs talents » conclut Renaud avec enthousiasme.


 


 


Cécile Desbois


 


 


(1) Département du Val d’Oise (95)
(2) Classe de troisième du collège Léon Blum, Le journal de Louis Joubert (Verdun 1916), L’Harmattan, 2005. Présentation de l’éditeur : Verdun, Mars 1916. Le jeune Louis Joubert entre dans l’enfer des tranchées. Pour apprivoiser la peur, la mort, l’absence, il écrit et dessine au jour le jour. Revenir vivant, épouser la jolie Catherine, voilà ce qu’il espère et qui le fait tenir mais jusqu’à quand ?
(3) « Ecrire sur le XXème siècle » qui réunit les 3 volets de la saga.
(4) Collège Léon Blum, Lettres croisées. Oran – Villiers-le-Bel 1961-1962, L’Harmattan, 2004. Présentation de l’éditeur : Septembre 1961, Djamel est resté à Villiers-le-Bel. Son meilleur ami Nicolas a suivi sa famille à Oran. Jusqu’en mai 1962, leurs lettres vont se croiser. Derrière les premiers succès de Johnny et des Beatles, l’Histoire est en marche. O.A.S, F.L.N, attentats, De Gaulle, Harkis, Pieds-Noirs…1962 est la dernière année d’une guerre qui ne dit pas son nom.
(5) Collège Léon Blum, Carnets de bord, Villiers-le-Bel, 1940-1944, L’Harmattan, 2005. Présentation de l’éditeur : au Nord de Paris, une petite ville occupée. Le jeune Charles Joubert, facteur de son état, écrit ses carnets de bord. Sentinelle du quotidien, il se fait l’écho des drames, petits ou grands, qui rythment ces années sombres.
(6) Grand rassemblement annuel des historiens en France proposant un salon du livre, des débats et conférences, projections cinéma, cafés, prix…

Renaud Farella en 5 dates

1987-1990 : élève au collège Saint-Martin de France à Pontoise (95)
2000-2001 : obtient le Capes et effectue son année de formation au lycée Fragonard de l’Isle-Adam (95)
2003 : lance avec Alain Degenne Le Journal de Louis Joubert (mention spéciale du prix du Sénat du livre d’histoire 2005)
2004 : publie Lettres croisées (Prix René Cassin – mention spéciale)
2005 : est invité, avec ses élèves, aux « Rendez-vous de l’histoire » de Blois6

Partagez l'article

Google

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.