Les photographies de Yann Arthus-Bertrand dans les écoles

Le photographe Yann Arthus-Bertrand, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale et celui de l’Ecologie, vient de lancer l’opération « le développement durable, pourquoi ? »1. Cette exposition est constituée de 21 affiches2 qui « présentent une sélection de photographies de La Terre vue du Ciel, accompagnées de textes pédagogiques ».

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à lancer l’opération « le développement durable, pourquoi ? »

La « Terre vue du Ciel » m’a vraiment transformé. Aujourd’hui, je trouve qu’il n’y a pas beaucoup de conscience citoyenne sur les problèmes d’environnement, du moins sur le développement durable. 50% des Français savent ce que le terme veut dire, ou du moins ont entendu le mot mais 16% à peine sont capables de l’expliquer. C’est encore un peu abstrait. A partir de ce constat, je me suis dit que la meilleure façon de sensibiliser était de s’adresser aux écoles. Les enseignants ont en effet un rôle éducatif et en plus, je pense qu’ils sont très sensibles à cette problématique.

D’un autre côté, quand je vois, dans mon travail, une classe qui visite une de mes expositions ou quand je vois une maîtresse qui explique le monde en commentant une de mes photos, je suis sensible au fait que mes images puissent servir une cause importante. C’est peut-être le plus beau cadeau que l’on puisse me faire.

Pour ouvrir les portes de l’école, il a fallu convaincre le Ministère?

Ça n’a pas été trop difficile si ce n’est que le ministre a changé en cours de route. Il a donc fallu recommencer à zéro. Nous avons reçu un peu d’argent du ministère de l’Ecologie, 30.000 euros sur les 400.000 euros du budget de l’opération. Mais, en fait, le plus dur a été de trouver l’argent. « Le développement durable, pourquoi ? » est presqu’entièrement financé par des fonds privés. Et les Centres de documentation pédagogiques se sont beaucoup impliqués dans l’opération.

De leur côté, les profs ont vraiment joué le jeu. Tout d’abord en adhérant d’emblée à notre idée, ensuite en rédigeant des fiches pédagogiques. J’ai eu des relations plus faciles avec eux qu’avec le cabinet du Ministre, même si je n’ai rien à reprocher au cabinet ! Tout ça, c’est un travail commun, ce n’est pas une opération marketing Arthus-Bertrand. Tous les partenaires voulaient parler de développement durable.

En pratique, les professeurs ont rédigé les fiches pédagogiques qui vont servir de support à vos photos. Qu’en avez-vous pensé ?

Oui, des professeurs ont travaillé tard le soir pour rédiger ces fiches qui permettent d’approfondir en classe les thèmes abordés dans l’exposition. Honnêtement, je n’ai pas eu mon mot à dire. C’était leur boulot. Comme je n’ai pas de diplôme, je n’ai pas de légitimité pour parler aux enfants. Je ne suis qu’un photographe. Mes photos sont un peu des bâtons-témoins, des passerelles qu’on envoie vers les autres.

Sur le contenu, j’ai juste l’impression qu’on n’est pas assez « militant ». J’aurais peut-être aimé qu’on le soit un peu plus. Mais quand on va dans les écoles, on doit faire attention. Moi qui suis un enthousiaste il y a des choses que je peux dire mais qu’un prof ne peut pas dire à ses élèves.

A votre avis, comment les enseignants vont-ils utiliser les kits ?

Aujourd’hui, nous proposons d’afficher les posters sur un mur, les uns à côté des autres mais les professeurs de géographie, de sciences ou de dessin, et d’autres matières peuvent faire ce qu’ils veulent avec. A la limite, je sais que cela va servir. On s’est bien rendu compte que les gens s’en servaient de façon différente. Et c’est très bien. Moi, je n’ai pas à imposer quoi que ce soit. Les profs sont assez intelligents !

Les enseignants doivent simplement aller chercher les kits dans les centres de documentation. Il y a une démarche volontaire. Les centres3 vont aussi les appeler et les prévenir que le kit est là. C’est aussi pour ça que nous avons opté pour un lancement assez médiatique. Un site internet a également été mis en ligne où tout le monde peut télécharger gratuitement les photos et les affiches.

Que diriez-vous aux professeurs qui seraient éventuellement réticents ?

Honnêtement, je ne vois pas pourquoi ils seraient réticents. Il y aura forcément des réticences parce que l’opération émane du ministère, ou d’une organisation privée. Mais si certains ne veulent pas s’en servir, ce n’est pas grave : l’essentiel est de parler du développement durable. Peu importe la façon, que ce soit avec mes affiches ou autrement. Moi je donne juste un « truc » en plus.


 


Propos recueillis par Stéphane Hérès


 


(1) Plus d’infos sur le site internet de l’opération.
(2) Ces affiches sont mises à la disposition de chaque école primaire, collège et lycée français.
(3) Chaque établissement peut obtenir un jeu de posters auprès du CDDP dont il dépend, entre le 25 janvier et le 10 mars 2006.


 










Le climat change

Dans le monde, les glaciers de montagne ont perdu la moitié de leur volume en 150 ans.  

   


 


 

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.