Les signataires de la pétition « Liberté pour l’histoire », lancée à la mi-décembre, prennent acte de la décision de Jacques Chirac de demander le déclassement d’une disposition de la loi du 23 février 2005.

Toutefois, ils vont proposer, « dans les jours qui viennent, des modifications dans la rédaction d’autres articles des lois du 13 juillet 1990 (ndlr: tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe), du 29 janvier 2001 (ndlr: relative à la reconnaissance du génocide arménien de 1915), du 21 mai 2001 (ndlr: tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité) et du 23 février 2005 (ndlr: reconnaissant le rôle positif de la présence française outre-mer) ».

Parmi les signataires de la pétition et du texte publié lundi figurent notamment Elisabeth Badinter, Marc Ferro, Jacques Julliard, Pierre Nora, Mona Ozouf, Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet, Claude Mossé, Jacques Le Goff et Jean-Pierre Azéma.

Sources AFP, Le Nouvel Obs