Vendredi dernier, David Atherfold, policier dans l’école secondaire de Pimlico, a expliqué au ministre français de l’Education nationale, Gilles de Robien, tout l’intérêt de sa présence. En poste depuis quatre ans dans cet établissement public où plus d’un tiers des élèves ne parlent pas anglais à la maison, l’agent de police assure qu’il a permis de réduire fortement l’absentéisme. Lancée à la rentrée 2002 dans une centaine d’établissements scolaires, l’expérience vise à combattre, et surtout prévenir, les comportements délictueux.

Gilles de Robien souhaiterait faire figurer dans son prochain plan contre la violence, « à titre expérimental et dans les établissements qui le souhaitent », des permanences de policiers. Deux représentants des chefs d’établissement, Philippe Guittet, pour le Syndicat national des personnels de direction de l’éducation nationale (SNDPEN), et Loïc Toussaint, pour le syndicat Indépendance et direction, qui avaient fait le déplacement à Londres, ont réaffirmé « leurs réticences » à une telle opération.

Source Le Monde