Occupation des collèges la nuit

- Parents et enseignants manifestent leur opposition à la politique gouvernementale

Des enseignants, des personnels éducatifs et des parents de Seine-Saint-Denis ont décidé d’occuper leurs collèges la nuit. Ils manifestent autrement que par la grève, leur opposition à la politique gouvernementale. Le collège Travail à Bagnolet a lancé le mouvement dès lundi soir. Cette initiative, rare dans un établissement du second degré, est intervenue suite à l’agression par un élève d’une professeure d’anglais, le 17 janvier dernier.

L’occupation a été décidée après un mouvement de retrait des enseignants qui n’a pas abouti. « Quand on n’a pas obtenu gain de cause et qu’on estime avoir privé de cours trop longtemps les élèves, la dernière solution reste l’occupation », justifiait lundi soir Olivier Vinay, professeur de SVT.

Pour Sébastien de Schryver, jeune professeur de mathématiques au collège Pierre Sémard à Drancy, « l’occupation est un moyen d’action complémentaire à la grève, qui a l’avantage de montrer notre opposition au gouvernement sans faire pâtir les élèves ». « On veut ainsi exprimer notre sentiment que la violence des propositions Robien est pire que celle des violences urbaines », indique pour sa part, Régine Charles, professeur d’histoire-géographie au collège Jean Jaurès de Villepinte.

Les principaux syndicats d’enseignants du département appellent à la grève, jeudi 26 janvier, pour réclamer des moyens et protester contre la nouvelle politique de zones d’éducation prioritaire prévue pour la rentrée 2006.

Sources Le Monde, AFP

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.