Ils sont soixante-douze à demander, dans une lettre adressée à Dominique de Villepin, la « délégalisation » et l’abrogation de l’article 4 de la loi du 23 février 2005. Enseignants du secondaire et du supérieur, juristes et historiens, les signataires contestent ce qu’ils considèrent comme une « injonction qui porte manifestement atteinte à la liberté de l’enseignement, au principe d’indépendance des enseignants chercheurs et de neutralité des programmes scolaires ».

Si le Premier ministre ne répondait pas favorablement à leur demande, ils annoncent leur intention de saisir le Conseil d’Etat. Par ailleurs, plusieurs dizaines d’organisations ont appelé à manifester, le samedi 25 février à Paris, contre la loi du 23 février 2005.

Source L’Humanité