A.-C. Benhamou découvre le métier d’enseignant à 34 ans, lors de sa formation de chirurgien. « On parle ici d’un enseignement hospitalo-universitaire qui se réalise essentiellement en salle d’opération ». Une pédagogie de terrain donc, qui se teinte d’une conviction : « Pour transmettre les connaissances, l’université doit se doter d’outils performants ». Or, à l’heure d’Internet, quel meilleur outil que le réseau ? En 2000, le Pr. Benhamou donne le ton en organisant le colloque Internet et pédagogie médicale4.

Le début d’une nouvelle ère

La rencontre aboutit à une prise de conscience des universitaires, celle de la « nécessaire mise en commun de ressources développées jusque-là individuellement » résume son initiateur. L’idée de l’UMVF est lancée, des groupes de travail formés et soutenus par le Ministère de l’éducation et de la recherche. A cette époque se développent les campus numériques, ces modules devenus en 2003 « UNT »(Universités nationales thématiques5) sous son impulsion. Objectif : « penser des universités sans mur, répondant aux besoins des disciplines universitaires ». De ce programme, A.-C. Benhamou devient une clef de voûte et l’UMVF le prototype.

Des ressources innovantes pour tous

« Mutualiser »et « partager »sont les maîtres mots du projet. Mutualiser quoi ? « Un fonds documentaire universel de cours enrichis par le multimédia – vidéos, animations flash… – et par des outils d’apprentissage – simulations, auto-entraînements, images 3D – dans le cas de la médecine ». Partager comment ? En mettant en ligne, gratuitement et sans inscription, ces productions6 correspondant aux cycles de formation, initiale ou continue. Une philosophie démocratique qui fait le succès des UNT dans l’Hexagone et dans les pays en développement. « L’UMVF est ainsi très populaire dans les régions sub-sahariennes et sud-asiatiques »se réjouit son directeur. Des accords coopératifs ont ainsi été passés avec des enseignants et doyens au Maroc, au Mali ou en Egypte afin de faire profiter leurs universités d’une solidarité pédagogique efficace.

Un nouvel art d’enseigner ?

« L’émergence des TIC dans la formation est une chance pour réinvestir le domaine de la pédagogie ! ». Une affirmation surprenante sauf à écouter la suite de l’argumentation : si le numérique opère sa révolution – celle du e-learning – il n’entend pas pour autant se substituer à l’enseignement classique. « Il accentue, au contraire, le besoin en lien pédagogique » insiste le Pr. Benhamou. Nul partage du savoir en ligne ne peut se réaliser sans une chaîne tutoriale humaine, un suivi des performances « présentiel7″ou « distanciel8″par des enseignants tuteurs. « Même dans une discipline aussi concrète que la chirurgie, la virtualisation est indispensable pour (…) engendrer une procédure chirurgicale intelligente ». Preuve en est le dernier projet du Pr. Benhamou : la diffusion dans son UNT de cours d’anglais médical. Parallèlement, il participe au développement de la dizaine d’UNT existant aujourd’hui. Chargé de mission auprès du Ministère de l’éducation nationale, il prépare ainsi l’organisation du CIUEN9, rendez-vous international du numérique pour capitaliser les acquis et ouvrir de nouvelles perspectives.


 


Cécile Desbois


 


 


(1) A l’Université Pierre et Marie Curie, Paris.


(2) Technologies de l’information et de la communication.


(3) Le site de l’UMVF


(4) Colloque « IMP2000, Internet et pédagogie médicale 2000« , poursuivi tous les ans depuis.


(5) A ce sujet, consulter sur le site des « TIC dans l’enseignement », la page consacrée aux UNT.


(6) Ces productions sont validées par les communautés d’enseignement universitaire nationales en charge des programmes de formation (cours référentiels)


(7) Au sein même de l’université par exemple, lors de rendez-vous


(8) Via des plates-formes d’échange numériques


(9) Colloque international « L’Université à l’ère du numérique », CIUEN, du 22 au 24 mai 2006, à la Cité des Sciences et de l’Industrie, à la Villette, Paris.