La bivalence, nouveau credo de Robien

- Les syndicats ne sont pas favorables à cette mesure

« Personne ne s’étonne qu’un professeur enseigne l’histoire et la géographie », a déclaré Gilles de Robien après avoir relancé l’idée de la « bivalence » dans le secondaire, aujourd’hui mardi 10 janvier sur Canal plus. Il a également rappelé que 16 % des enseignants inscrits au Capes 2006 avaient choisi de passer une « mention complémentaire », c’est-à-dire d’avoir une seconde matière à enseigner.

En sortant du primaire, « un enfant passe d’un seul professeur à huit ou neuf profs au collège ». Avec la bivalence, « il aura au collège trois ou quatre [enseignants], il sera moins surpris car il aura des profs moins nombreux », a estimé le ministre.

Pour les syndicats, l’objectif de la bivalence est clairement budgétaire. Selon le Snes et le SE-Unsa, principaux syndicats des enseignants du second degré, l’idée consiste avant tout « à rentabiliser au maximum les moyens dont dispose le ministère » dans une période de suppression de postes.

Sources Le Figaro, AFP

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.