Invité de l’émission « le Grand Jury » RTL-Le Figaro-LCI, le ministre de l’Education nationale s’est de nouveau dit favorable à des « permanences police-justice » dans les écoles. Gilles de Robien a ainsi précisé que seuls les établissements scolaires « qui le demandent » bénéficieraient d’une possible présence de policiers en civil plusieurs fois par semaine. « Il n’y a pas de honte à ce que les services publics travaillent ensemble et dans des lieux communs », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le ministre a assuré qu’au vu des éléments à sa disposition, il n’y avait pas eu « de fautes caractérisées ou de fautes graves » à l’origine de l’agression à coups de couteau d’une enseignante au lycée professionnel Louis-Blériot d’Etampes (Essonne) le mois dernier. Il a déclaré qu’outre l’enquête judiciaire en cours sous l’autorité du procureur de la République, son ministère menait une enquête administrative dont les conclusions doivent lui être remises « mardi ou mercredi ».

Enfin, Interrogé sur la manière de ramener vers l’Ecole les jeunes en échec scolaire grave ou en rupture, il a estimé que « rien ne serait pire que de faire une grande loi de plus ». « C’est en diversifiant l’offre d’éducation qu’on arrivera à intéresser le plus possible de jeunes à s’instruire », a-t-il précisé.

Sources Nouvel Obs, TF1