ZEP : la discrimination positive à la française

- Le débat sur les zones d’éducation prioritaire relancé

Dans une tribune publiée dans Libération, Thomas Piketty, directeur d’études à l’EHESS et directeur du département de sciences sociales de l’ENS relance le débat sur les ZEP. Selon lui, le problème de ces zones d’éducation prioritaire n’est pas leur existence mais plutôt « leur non-existence ». L’économiste note que ces établissements n’ont jamais véritablement bénéficié de ressources supplémentaires et que le nombre d’élèves par classe n’est guère inférieur aux autres établissements.

Face à cet échec et pour aider les élèves qui veulent s’en sortir, Thomas Piketty préconise le développement d’admissions préférentielles pour les lycéens issus de ZEP dans les filières sélectives du supérieur. L’augmentation du nombre de lycéens de ZEP intégrant des filières élitistes pourrait avoir un impact psychologique important.

Thomas Piketty suggère aussi d’agir dès les plus petites classes pour corriger les retards scolaires des élèves. Selon lui, réduire les effectifs permet une nette amélioration des résultats. Une telle politique nécessiterait des redéploiements considérables de moyens mais aurait le mérite de dessiner une forme de discrimination positive à la française, « fondée sur l’allocation de réels moyens supplémentaires aux territoires qui font face aux plus lourds handicaps ».

Source Libération

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.