Le « pilier » des priorités, c’est l’éducation, a expliqué hier lundi 07 novembre 2005, Dominique de Villepin. Le Premier ministre a en effet proposé l’entrée en apprentissage dès l’âge de 14 ans « pour les enfants qui n’ont pas le goût, pas l’envie, ou qui ont décroché ou quitté l’école ». Soit, selon Dominique de Villepin, 15 000 jeunes déscolarisés par an, et 150 000 jeunes sortant du système sans diplôme ni qualification. Les autres mesures annoncées reprennent des dispositions de la loi Fillon, notamment le triplement des bourses de mérite et des internats « d’excellence ».

Pour Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, « c’est lamentable. Loin d’améliorer la situation, cela va enfoncer encore plus les jeunes en situation de précarité ». Pour Patrick Gonthier, secrétaire général de l’UNSA-Education, « c’est scandaleux. On condamne des jeunes à un double enfermement, on leur assigne des tâches répétitives et dévaluées et on réduit toute possibilité d’emploi qualifié. »

Enfin, le secrétaire général du SE-UNSA, Luc Bérille, s’est dit « consterné ». « C’est la réponse la plus rétrogade qu’on puisse imaginer. Proposer aux jeunes en relégation sociale la relégation scolaire, c’est prouver qu’on n’a rien compris à la situation ».

Sources Libération, AFP