Dans une interview au Figaro magazine, Gilles de Robien s’exprime sur les pratiques des syndicats de l’Education qui recrutent souvent les enseignants sur la promesse de voir aboutir leurs demandes de mutation. Le ministre rappelle que c’est bien l’administration qui décide de ces mouvements mais confirme que la présence des syndicats dans les commissions d’attribution leur permet de défendre des cas particuliers.

Le ministre explique que cette influence des syndicats ne tient qu’à la rapidité qu’ils peuvent avoir pour annoncer les attributions de postes aux intéressés, là où l’administration doit respecter de longues procédures. Gilles de Robien dénonce ce quasi-monopole de l’information et compte y remédier.

De même sur la gestion des ressources humaines, le ministre affirme être attaché au paritarisme avec les syndicats mais refuse la « cogestion ». Il promet une refonte complète de l’administration du ministère.

Source Figaro Magazine