Le ministre de l’Education nationale a déclaré mardi 18 octobre à l’Assemblée nationale qu’il ne doutait pas « que les professeurs prendront leurs responsabilités » sur la question des remplacements de courte durée. Gilles de Robien met en avant l’attachement des enseignements à la qualité du service public et à l’égalité des chances.

Le ministre a rappelé que ces remplacement ne s’apparenteront en aucun cas à de la garderie. Selon lui, la charge de travail supplémentaire ne sera pas « insupportable », puisque ces remplacements sont plafonnés à 5 heures par semaine, à 60 heures par an.

L’intersyndicale de l’Education (Sgen-CFDT, Unsa-éducation, FAEN et CGT) opposé à ce dispositif sera reçue par le directeur-adjoint de cabinet du ministre d’ici la fin de la semaine.

Source AFP