Les auteurs de Élèves sous influence démontrent que les manuels d’histoire présentent un monde sous domination américaine et réduisent le djihad islamique à une contestation des Etats-Unis. En effet, le terrorisme, au programme de terminale depuis 2002, se présente comme une forme aiguë d’antiaméricanisme. Rien ou presque n’est dit sur le projet fondamentaliste, ni sur les États théocratiques musulmans.

Pour Barbara Lefebvre, enseignante d’histoire géographie dans les Hauts-de-Seine et coauteur de l’ouvrage, la vision de l’histoire récente présentée par les manuels reflète une « une mollesse idéologique débouchant sur la dénonciation d’un seul coupable aux yeux de la planète » : l’Amérique. Les professeurs ne sont pas tenus de suivre précisément les manuels. Mais sur ces sujets, le livre de classe fait souvent référence.

(1) Élèves sous influence, Barbara Lefebvre et Eve Bonnivard (Editions Audibert).

Source Le Figaro