5 questions à Geneviève Zehringer : comment bien préparer l’agrégation ?

Lauréate de l’agrégation de philosophie, Geneviève Zehringer est présidente de la Société des Agrégés de l’Université1 depuis 1990. Elle nous dit comment se donner les moyens d’intégrer ce corps prestigieux.

Quelles sont les conditions requises pour s’inscrire aux différents concours de l’agrégation ?


 


Définies par la loi de 19832 et par ses décrets d’application, ces conditions excluent tout critère d’âge : il nous est arrivé de voir un père et un fils obtenir leur agrégation la même année ! De plus, depuis 1993, ces épreuves sont ouvertes aux ressortissants de l’Union Européenne3. Ces deux éléments contribuent à faire de l’agrégation un concours largement ouvert. Il faut ensuite distinguer les critères requis pour se présenter à l’agrégation externe, de ceux exigés pour tenter l’agrégation interne. Dans le premier cas, les candidats doivent être : soit titulaires d’une maîtrise, soit professeurs certifiés titulaires, soit professeurs de lycée professionnel titulaires. Les conditions d’accès au concours de l’agrégation interne sont plus restrictives puisqu’il ne peut être présenté que par des professeurs certifiés ou fonctionnaires justifiant d’une expérience de cinq ans minimum (après leur titularisation).


 


Quelle est selon vous la durée minimale d’une bonne préparation à ce concours ?


 


Qu’il s’agisse de l’agrégation externe comme de l’agrégation interne, il est raisonnable d’envisager, au moins, une bonne année de travail. Concrètement, les candidats à la session de 2006 doivent avoir entrepris leur préparation, au plus tard, en juin 2005. Dans les faits, il n’est pas rare que cette préparation s’étende sur deux ans. C’est d’ailleurs pour cela que, pour beaucoup de sections, les programmes (que les candidats peuvent consulter tout à fait librement) ne changent qu’une année sur deux. Les enseignants peuvent ainsi prendre le temps de se constituer le bagage scientifique commun nécessaire et d’aller, par exemple, assister aux épreuves orales de la session à laquelle ils ne se présentent pas. Pour ma part et comme beaucoup d’étudiants, je n’ai pas hésité à aller écouter la « grande leçon » des candidats à l’agrégation de philosophie l’année précédant ma présentation au concours externe.


 


Quels sont les pôles ressources mis à la disposition des candidats ?


 


L’agrégation est, à mon sens, un concours modèle dans la mesure où toutes les informations concernant chaque session sont publiées : inscriptions, nature des épreuves, coefficients, durée, déroulement, programmes, rapports de jury… Le site du ministère de l’Education nationale recense toutes ces informations par le biais du système d’information et d’aide aux concours (SIAC)4. Les centres de documentation pédagogique5 mettent également différentes publications pratiques à la disposition des enseignants. En outre, le candidat peut avoir intérêt à se renseigner au sein même de sa ville universitaire sur les préparations au concours de l’agrégation qui y sont éventuellement dispensées. Ces préparations peuvent parfois être proposées par des centres de formation privés. Enfin, il faut savoir que les Ecoles Normales Supérieures accueillent des auditeurs libres6 en plus de leurs propres étudiants et qu’il peut être tout à fait bénéfique pour les candidats à l’agrégation d’en faire partie.


 


Dans une carrière d’enseignant, quel moment vous paraît être le plus judicieux pour envisager l’agrégation ?


 


Se présenter au concours de l’agrégation externe juste après l’obtention d’une maîtrise n’est pas un mauvais choix. D’autant que le jeune lauréat peut disposer ensuite d’un report de stage de validation7 pouvant aller jusqu’à trois ans (à condition de s’inscrire à des études doctorales dans un centre français de recherche). Souvent les jeunes enseignants enchaînent le CAPES et l’Agrégation qui s’inscrivent dans une logique de travail complémentaire. Mais il n’y a pas de règles en la matière puisqu’il est possible de se présenter à l’agrégation indéfiniment… La préparation de ce concours permet parfois à certains enseignants de lutter contre une forme de découragement et de se replonger dans une démarche d’études et de recherches qui, à terme, profitera à leurs élèves. Tout professeur peut, à tout moment, prendre la liberté de se « remettre au travail » et de se confronter à un jury totalement neutre. C’est en cela aussi que l’agrégation est un concours exemplaire. Par contre, il me paraît extrêmement difficile de préparer l’agrégation en même temps qu’un DEA ou qu’une thèse tant les charges de travail sont importantes et leurs natures peu conciliables…


 


Propos recueillis par Marie-Laure Maisonneuve


 


(1) Cf. le site de l’Association.
(2) Loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 sur les droits et obligations des fonctionnaires.


(3) Les ressortissants de l’Union Européenne peuvent se présenter directement aux concours externes, mais pour se présenter aux concours internes, ils doivent d’abord avoir fait le nécessaire pour faire partie de la fonction publique française (par exemple, un Italien qui passe le CAPES externe de géographie et devient professeur certifié de la République Française, peut ensuite se présenter au concours interne de l’agrégation).
(4) Cf. le site du Système d’aide et d’information aux concours du second degré.


(5) Cf. le site du réseau du Scérén (CNDP, CRDP et CDDP).


(6) Renseignements et détail des modules proposés sur ce site.


(7) D’une durée d’un an, ce stage de validation peut être effectué de plusieurs manières (un décret du 22 août 2005 – non publié à ce jour – est susceptible de modifier ces conditions) :
– les lauréats n’ayant jamais enseigné intègrent l’IUFM en seconde année et vont effectuer des stages de responsabilité en collège ou en lycée.
– stage en situation : les professeurs déjà certifiés sont maintenus dans leur affectation et vont effectuer le stage à leur poste. Ils suivent des formations à l’IUFM.


– au sein d’une classe préparatoire ou d’une section techniciens supérieurs (sur proposition de l’Inspection générale) 
– dans une université comme allocataire moniteur ou attaché temporaire d’enseignement et de recherches.


Pour d’autres possibilités de stage : consulter le B.O. n°11 du 17 mars 2005.

Pour mieux se préparer, les enseignants peuvent-ils bénéficier d’un aménagement de service ?

Hélas non… Ce qui est autorisé pour des études doctorales ne l’est pas pour l’agrégation ! Ni pour la préparation, ni pour la session. Le candidat qui, après avoir satisfait à l’écrit, est admis à passer les épreuves orales doit lui-même demander au chef de l’établissement dans lequel il enseigne à la fois une autorisation d’absence et à être remplacé.

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.