Le ministère de l’Education nationale a contesté hier dimanche 25 septembre 2005 devant la presse les revendications des étudiants en sciences, enseignants et personnels de la faculté de Rouen. Selon Jean-Marc Monteil, directeur de l’Enseignement supérieur, les grévistes ne prennent en considération que les moyens alloués par l’Etat – comme à toutes les universités – au titre de la « dotation globale de fonctionnement », en oubliant les 2 millions d’euros annuels dégagés chaque année par le biais du contrat quadriennal Etat-université de Rouen signé fin 2004.

Les étudiants sur place ont immédiatement contesté cette analyse, évoquant « soit une méconnaissance complète du système, soit un mensonge pour se désengager de sa mission d’éducation ». Mardi, un conseil d’administration exceptionnel devrait faire le point sur les discussions entre la présidence de l’université et le ministère de l’Education nationale. « La poursuite de la grève dépendra des propositions faites », ont déclaré les grévistes.

Sources AFP, Le Monde