André Dziezuk, professeur de musiques

Prof de musique au collège Jean Macé de Villerupt, en Meurthe-et-Moselle, André Dziezuk compose également des bandes originales de films, se passionne pour la scène électronique nordique et a entrepris de rendre des couleurs à l’enseignement de la flûte à bec.

La musique, André Dziezuk est tombé dedans quand il était petit. « Mon père travaillait comme mineur. Mais ses parents avaient décidé que leurs enfants seraient également musiciens. Très tôt, il a donc pris son accordéon sur le dos et traversé la frontière pour aller suivre des cours au Luxembourg. Avec ses frères, il a ensuite monté un orchestre qui animait les bals du coin. Enfant, j’ai appris la clarinette et le hautbois au sein de l’harmonie de mon village. Vers 11-12 ans, je jouais dans l’orchestre familial. »


 


Un peu plus tard, André Dziezuk complète cette formation par des études classiques au conservatoire de Metz, où il obtient plusieurs premiers prix, en 1987 et 1988, en hautbois et en musique de chambre. D’une curiosité qu’il avoue insatiable, il s’initie ensuite au saxophone, l’instrument de ses rêves. Il intègre un big band de Jazz, découvre l’acid jazz puis la musique électronique. Parallèlement, le besoin de transmettre quelque chose se fait de plus en plus fort.


 


Le désir d’enseigner


 


« Sans savoir quoi, j’ai toujours voulu enseigner. Le français et l’histoire géo m’attiraient plus particulièrement. Un jour, je me suis dit que, puisque la musique appartenait déjà à ma vie, l’idéal était de joindre mes deux passions. » André Dziezuk poursuit donc des études à la faculté de Lettres de Metz, où il décroche un CAPES de musicologie en 1989. Affecté dans la foulée au collège de Villerupt, il ne l’a pas quitté depuis.


 


« Je ne suis pas là pour transformer les élèves en bêtes de conservatoire, explique-t-il. J’essaie simplement de leur donner le goût de la musique, d’ouvrir leur curiosité ». Avec son ordinateur portable, André Dziezuk leur fait écouter les dernières productions de l’electronica islandaise1 aussi bien que de la musique traditionnelle africaine.


 


« Si, en sortant de 3ème, mes élèves sont capables de ne pas faire la grimace quand ils entendent quelque chose de nouveau, j’ai rempli l’essentiel de ma mission. Si, en plus, ils savent un peu lire les notes et s’ils ont le goût de pratiquer la musique ensemble, de chanter et de jouer d’un instrument, là j’ai réussi ce que je veux faire. »


 


La flûte, c’est pas du pipeau


 


La suite s’écrit au gré des rencontres. Ainsi, celle de Marc Mergen, un guitariste luxembourgeois avec qui il fonde, en 1994, le groupe Lingo et découvre la composition de musiques de films. Fruit de cette collaboration, ils signent la B.O. du film « Une liaison pornographique », avec Nathalie Baye. « Ce fut une expérience intéressante, mais douloureuse. Nous avons dû écrire une musique beaucoup plus commerciale que celle que nous avions en tête. Nos seules vraies notes se trouvent dans le générique. »


 


Depuis cinq ans, avec un autre ami, Nicolas Berthe, il dirige pour les Editions Fuzeau, le principal éditeur français d’ouvrages de pédagogie musicale, plusieurs collections consacrées à l’enseignement de la flûte à bec. « Au moment où j’ai intégré l’Education nationale, ce qui existait se basait surtout sur des comptines totalement dépassées. Or, la flûte est un instrument solide, bon marché, techniquement abordable, bref irremplaçable. L’idée consiste donc à en faire apprendre la technique avec un son plus actuel. » Sous la baguette des deux hommes, notre bonne vieille flûte à bec s’encanaille donc depuis quelques années aux sons du rap, de la world music ou de la techno.


 


Les deux filles d’André Dziezuk sont musiciennes, évidemment. Elisa, la plus jeune, a choisi la clarinette. Marie, l’aînée, joue du piano. « C’est une erreur de l’y avoir mise si tôt, avoue l’enseignant. Familialement, je me suis sans doute senti obligé de passer le témoin. Mais je suis content. Elle vient de me dire qu’elle voulait bien continuer le piano, à condition de pouvoir commencer la guitare électrique…  »


 


Patrick Lallemant


 


(1) L’electronica, musique pop électronique, c’est-à-dire utilisant des ordinateurs, est très active en Islande. Björk en est l’une des principales représentantes.

André Dziezuk en cinq dates

1966 : naissance d’André Dziezuk, à Thionville


1989 : obtient son Capes de musicologie.


1994 : fonde le groupe Lingo avec Marc Mergen


1999 : compose, avec Marc Mergen, la bande originale du film « Une liaison pornographique ».


2000 : démarre, avec Nicolas Berthe, sa première collection chez Fuzeau.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.