En cette rentrée 2005, Gilles de Robien a effectué une visite au collège Saint-Joseph, un établissement catholique de Cholet (Maine et Loire). Ce geste inédit est une première pour un ministre de l’éducation depuis quinze ans.

Il s’est justifié en déclarant que si un ministre ignore 20 % de la population scolaire,  »il ne fait pas son boulot ». Le ministère rappelle que les enseignants du privé sont payés par l’Education nationale et appliquent ses programmes. Toutefois, Gilles de Robien n’a pas évoqué les questions qui fâchent. L’enseignement catholique souhaiterait en effet que les postes d’enseignant soient répartis en fonction du nombre d’élèves.

Le ministre, qui a lui-même effectué toute sa scolarité dans l’enseignement catholique, a estimé que les critiques sur cette visite émanaient  »de gens sectaires ».

Source : Le Figaro