Les Parisiens semblent massivement contourner la carte scolaire ou « sectorisation des collèges ». Selon une étude publiée dans la revue Education et formations de juin, 40 % des élèves de sixième sont inscrits hors de leur établissement de rattachement grâce à des dérogations ou à des inscriptions en collège privé.

Sur le reste du territoire, ce chiffre n’atteint pas les 30 %. Cela traduit l’angoisse des parents parisiens de voir leurs enfants scolarisés dans des collèges dits difficiles. En effet les demandes de départs sont deux fois plus nombreuses dans les collèges défavorisés, concentrées dans le Nord-est de la capitale. En revanche, les collèges demandés sont presque tous situés dans les arrondissements plus favorisés.

Les dérogations portent essentiellement sur des motifs médicaux, des choix de langues vivantes spécifiques, des classes à horaires aménagés ou encore le rapprochement entre frères et sœurs. Mais la fausse domiciliation semble particulièrement répandue.

Ces statistiques démontrent l’extrême difficulté pour les autorités publiques à mettre en place une politique de mixité sociale au sein de l’Education nationale.

Source : Le Monde