Bernard Boisseau : la méthode Coué de Robien

« Emplois de vie scolaire » annoncés par Gilles de Robien, « dispositif de réussite éducative » annoncé par Jean-Louis Borloo, mise en œuvre des premières mesures de la loi Fillon… Les nouveautés ne manquent pas en cette rentrée 2005. Elles sont cependant loin de provoquer l’enthousiasme de Bernard Boisseau, co-secrétaire général du SNES-FSU, qui déplore leur manque d’ambition.

Verbatim…


 


45.000 « emplois vie scolaire »


 


« Nous avons une approche nuancée sur cette annonce. Il est certain qu’elle marque une forte inflexion de la politique gouvernementale en matière d’emplois aidés. Lorsque le gouvernement Raffarin est arrivé, il a annoncé que s’en était fini de la politique des emplois jeunes. Or, là, manifestement, il y a un retour en arrière par rapport aux décisions qui avaient été prises. Remarquons quand même qu’on a retiré massivement des emplois jeunes des établissements scolaires alors qu’aujourd’hui on parle d’en faire revenir. Mais il faut cependant regarder de plus près, car ce que nous dit Gilles de Robien s’apparente quand même à un tour de passe-passe. C’est vrai qu’il prend en compte une demande que nous formulons de façon récurrente depuis 3 ans, à savoir que l’on est en train de faire régresser de façon assez dramatique le nombre des adultes dans les établissements scolaires. En trois rentrées — 2003, 2004, 2005 — on a retiré 30.000 emplois d’adultes dans les établissements. D’une certaine façon, la création des « emplois vie scolaire » marque une prise en compte de ce besoin qui se faisait particulièrement sentir dans les établissements difficiles. Mais je dis « tour de passe-passe » parce que quand on regarde les effectifs (…), cela pose des problèmes. On nous dit qu’il va y avoir 45.000 postes nouveaux dont 20.000 créations d’emplois net. Cela repose sur le fait qu’il y aurait actuellement dans les établissements 25.000 contrats emploi solidarité (CES). Personne ne peut vérifier ce chiffre. En tout cas, ces dernières années, on a supprimé massivement des CES. Il ne faut donc pas prendre comme référence les 25.000 qui sont encore dans les établissements, mais les 60.000 qui y étaient il y a 2 ou 3 ans. (…)


 


On ne peut pas comparer les anciens aides-éducateurs qui avaient tous au moins un diplôme équivalent au bac, et ces contrats d’accompagnement qui s’adressent à des jeunes qui ont des difficultés d’insertion dans le métier et qui pour l’essentiel sont des jeunes non qualifiés. (…)


 


Le « dispositif de réussite éducative » du plan de cohésion sociale


 


Comme l’a souligné le ministre, il nous semble important de faire porter les efforts dès le plus jeune âge pour les rendre efficaces. (…) Notre réserve porte sur la dérive de la politique gouvernementale, que l’on retrouve à la fois dans le plan Borloo et dans le « programme personnalisé de réussite éducative » de la loi Fillon, qui consiste à mettre en oeuvre des démarches qui individualisent les efforts. On n’est pas contre l’individualisation, à condition qu’elle ne se fasse pas au détriment d’une approche collective des problèmes. (…)


 


On constate également que ces mesures correspondent à des dispositifs hors école. Or, il nous semble que l’équilibre entre ce qui est fait hors école et ce qui est fait dans l’école n’est peut-être pas très bien réalisé. On a un peu le sentiment que l’école a été privée d’un certain nombre de moyens qui lui seraient nécessaires pour intervenir sur les situations d’échec qu’elle observe dans son sein. »

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.