Une délégation du « collectif de soutien des victimes de la répression du mouvement lycéen » a été reçue aujourd’hui mardi 28 juin 2005 par le chef adjoint du cabinet de Gilles de Robien. « Nous avons d’abord demandé l’abandon des poursuites et le retrait des plaintes déposées par l’Education nationale. Nous nous sommes heurtés à une fin de non-recevoir totale », ont-ils déclaré. Le ministère a également refusé de prendre l’initiative d’un projet de loi portant amnistie pour les lycéens condamnés, « estimant que ce n’était pas à [lui] de la proposer ».


En revanche, il a répondu plutôt positivement aux demandes de levée des sanctions administratives et pédagogiques à l’encontre des lycéens impliqués dans le mouvement lycéen. « Le ministère a indiqué qu’il fallait que nous constituions un dossier et que nous leur transmettions », a précisé un membre de la délégation. Le collectif a, par ailleurs, annoncé qu’il avait demandé à être reçu samedi à Matignon.

Source AFP