Les enfants autistes ont leur place à l’école

Le ministère de l’Education nationale, celui de la Santé et le secrétariat d’Etat aux Personnes handicapées souhaitent favoriser la scolarisation en milieu ordinaire des enfants et des adolescents atteints d’autisme ou d’autres « Troubles envahissants du développement » (TED)1.

Au B.O. n° 15 du 14 avril 2005 : Politique de prise en charge des personnes atteintes d’autisme et de Troubles envahissants du développement (TED)


 


Une nouvelle politique2 visant à mieux accompagner les personnes atteintes d’autisme (ou de divers autres TED) et leur famille vient d’être lancée. Une récente circulaire interministérielle présente ce programme qui tend à répondre de manière adaptée aux besoins de ces enfants, adolescents et adultes par le biais de projets d’accompagnements personnalisés. Le paragraphe II.3 de cette circulaire, qui fait l’objet de cet article, s’intéresse plus particulièrement aux questions d’éducation.


 


Un enfant, un projet


 


En raison de la pluralité des pathologies engendrées par les TED et de l’hétérogénéité des capacités mentales, sociales et cognitives des enfants qui en sont atteints, les besoins éducatifs de ces derniers doivent être considérés au cas par cas, en fonction du résultat d’une évaluation approfondie, complémentaire au diagnostic clinique3. Quel que soit le parcours scolaire envisagé à l’issue de cette démarche diagnostique et quel que soit l’environnement éducatif choisi (école, établissement médico-social ou sanitaire), les jeunes doivent bénéficier d’un accompagnement individuel adapté à leurs compétences et à leurs possibilités de développement.


 


Plusieurs intégrations possibles


 


Après une première scolarisation en école maternelle4, les enfants ont la possibilité de poursuivre leur scolarité en milieu « classique », partageant leur temps, ou non, avec un établissement médico-social ou sanitaire. Il peut s’agir d’une intégration scolaire individuelle ou collective. Dans le premier cas, les élèves atteints de TED bénéficient de l’accompagnement d’un auxiliaire de vie scolaire (AVS). Les dispositifs collectifs susceptibles de les accueillir sont les classes d’intégration scolaire (CLIS)5 dans le premier degré et les unités pédagogiques d’intégration (UPI) dans le second degré.


 


L’aide aux enseignants


 


Si le texte souligne l’importance pour les jeunes de bénéficier d’un suivi médico-social ou sanitaire, quelle que soit la modalité d’intégration choisie, il insiste aussi sur l’écoute et l’assistance dont les enseignants ainsi que les personnels des établissements scolaires doivent pouvoir bénéficier. Conseils pédagogiques, informations sur les TED, aides à l’organisation… sont autant de ressources indispensables aux éducateurs. Ils peuvent pour cela se rapprocher des différents partenaires de ces projets d’intégration (DDASS, équipes de suivi de scolarisation6…) ou encore du centre de formation spécialisé de Suresnes (voir encadré).


 


Marie-Laure Maisonneuve


 


(1) Le terme de « troubles envahissants du développement » ainsi mentionné dans la classification internationale des maladies (CIM 10) comprend notamment les syndromes autistiques mais aussi le syndrome de Rett, le syndrome d’Asperger, etc. (voir l’annexe du B.O.)


(2) Cette politique est complémentaire aux dispositions légales en matière de scolarisation des enfants handicapés, récemment renforcées par la loi n°2005-102 du 12 février 2005, qui s’appliquent en particulier aux enfants atteints d’autisme ou de TED.


(3) Sur ce point, voir § II.3, 1.a) de la circulaire.


(4) Le texte rappelle combien la scolarisation en école maternelle s’avère essentielle dans le développement des enfants autistes.


(5) Plus d’informations sur les CLIS et les UPI sur le site web du ministère. L’association APAI propose un annuaire des CLIS.

(6) Nouveau dispositif créé par la loi n°2005-102 du 12 février 2005. Voir § II.3, 1.c) de la circulaire.

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.