Jacques Dussart : vivre l’Histoire au quotidien

Instituteur dans le Var, passionné d’Histoire, Jacques Dussart rentre tout juste d’un voyage en Haïti. Il y était invité pour avoir découvert et publié un document rare : le journal d’un officier napoléonien relatant une campagne jusqu’alors méconnue dans l’ancienne Saint-Domingue.

Le soleil de Port-au-Prince a encore accentué le bronzage varois de Jacques Dussart. En Haïti, l’instituteur de Solliès-Pont vient d’écrire les plus belles pages d’une aventure vieille de plus de vingt ans. « Tout commence au début des années 80, explique-t-il. Je terminais mes études d’histoire et cherchais des documents à la bibliothèque municipale de Toulon. Dans la réserve, une armoire un peu bancale était calée par les deux tomes d’un manuscrit. »


 


Derrière les couvertures de cuir rouge soigneusement enluminées, Jacques Dussart découvre un journal de bord écrit entre 1802 et 1803 par Joseph Elysée Peyre-Ferry, un militaire napoléonien en campagne. « Je me renseigne sur cette expédition et je découvre qu’elle a été initiée par Bonaparte pour mater une insurrection en Haïti, qui s’appelait alors Saint-Domingue. En 1983, on savait alors très peu de choses sur cette expédition, si ce n’est qu’elle a tourné au désastre : ses 50.000 participants ont été décimés par la fièvre jaune et les combats. » Le futur instituteur obtient alors le droit de microfilmer le document, qu’il oublie pourtant ensuite pendant une dizaine d’années…


 


Débuts d’enseignant


 


Pendant ce temps, Jacques Dussart obtient un DEA d’histoire et devient instituteur. « J’ai passé le concours en 1984, la première année où le recrutement se faisait au niveau DEUG. J’ai été titularisé d’office, sans même être passé par l’Ecole normale. A la rentrée qui suivait, je me suis donc retrouvé devant des enfants sans avoir eu aucune préparation. Heureusement, j’avais déjà enseigné un peu dans le privé : ça m’a aidé. »


 


Soucieux d’éviter la routine, Jacques Dussart choisit le statut de titulaire remplaçant, qui l’amène à passer de classe en classe à travers tout le département. « J’ai conservé ce statut pendant dix ans. A raison d’une trentaine de classes par an, j’ai dû avoir environ 300 classes et plus de 8000 élèves au total ! », s’étonne-t-il lui-même.


 


Du scepticisme à l’impatience


 


En 1993, un de ses amis, à la recherche d’un sujet pour sa maîtrise d’histoire, lui fait prendre conscience de l’importance historique de sa découverte de 1983. « C’est lors de cette campagne, qu’a été arrêté Toussaint Louverture, explique l’instituteur. Cet ancien esclave affranchi devenu général est la figure emblématique de l’indépendance haïtienne. Or, le récit de Peyre-Ferry est d’une précision exemplaire et révèle de nombreux aspects de cet épisode peu glorieux. »


 


A tel point que Jacques Dussart se heurte d’abord au scepticisme des historiens. Mais de pointilleuses vérifications lui confirment la véracité et la fiabilité du document. Il décide alors d’attendre le bicentenaire de l’indépendance d’Haïti, le 1er janvier 2004, pour le faire publier sur place. Les éditions Henri Deschamps, à Port-au-Prince*, se joignent au projet. Malgré l’enthousiasme qu’il suscite, chamboulements politiques et catastrophes naturelles le retardent plusieurs fois. Il est enfin sorti, le 25 mai 2005, impatiemment attendu par les historiens, désormais convaincus qu’ils disposent là d’un témoignage exceptionnel sur la première défaite coloniale française d’importance.


 


Cinéaste…


 


Passionné par les brigands au point d’en faire le thème de la thèse qu’il prépare (« Le légendaire historique à travers l’exemple des brigands »), Jacques Dussart vit sa passion de l’Histoire sur tous les modes : l’enseignement, la recherche, la vulgarisation… « Je trouve des manuscrits, j’essaie de les faire publier, j’écris des articles, je suis conseiller historique de spectacles… »


 


Gaspard de Besse, le Robin des Bois varois, est l’un de ses personnages préférés. Avec un ami cinéaste, il lui a déjà consacré un documentaire, diffusé par Planète Câble et TMC. L’an prochain, ils doivent commencer le tournage d’un long métrage.


 


Tout naturellement, Jacques Dussart communique sa passion à ses élèves : « Le bicentenaire de l’indépendance haïtienne et l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage, en 2004, m’ont fourni de multiples occasions de parler de ce pays que l’on connaît peu en France alors qu’il est pourtant la première colonie française en Amérique. »


 


… et raconteur d’Histoire


 


Bien évidemment, l’instituteur historien a parlé à ses élèves de sa découverte. Il leur a montré des copies du manuscrit. « Cette histoire les intéresse d’autant plus que Peyre-Ferry était toulonnais. C’était d’ailleurs un personnage brillant, qui a été directeur de la Bibliothèque de Toulon et a eu un destin étonnant. »


 


Etonnant, le parcours de Jacques Dussart l’est tout autant. Depuis 1999, il bénéficie d’un poste à mi-temps, à l’école Alphonse Daudet de Solliès-Pont. Cet emploi du temps lui permet de mener à bien ses vies multiples : « L’année dernière, je suis allé en Chine pour réaliser un documentaire. Comme c’était l’année de la Chine en France, j’en ai parlé aux élèves. Ça les a passionné ! L’année prochaine, je partirai sans doute au Brésil, pour un autre film. Encore une occasion de les faire voyager ! ».


 


Il poursuit : « J’aime la liberté que me procure ce métier. Je raconte l’Histoire aux enfants, je les emmène sur des sites, je leur fais visiter des expositions ». Finalement, au-delà des repères et des dates, loin de la façon dont l’histoire lui fut enseignée dans les années soixante, Jacques Dussart aide les enfants à donner du sens aux évènements.


 


Patrick Lallemant


 


* Le « Journal des opérations militaires de l’armée française à Saint-Domingue » sortira en France et dans tout le monde francophone avant la fin de l’année, chez Max Chaleil, un éditeur montpelliérain, aux Presses du Languedoc ou aux éditions de Paris.

Jacques Dussart en cinq dates

Août 1958 : naissance


1983 : découvre le manuscrit de Joseph Elisée Peyre-Ferry.


1984 : obtient un DEA d’histoire et sa titularisation comme instituteur.


1993 : diffusion du documentaire sur Gaspard de Besse.


Mai 2005 : sortie du « Journal des opérations militaires de l’armée française à Saint-Domingue ».

Partagez l'article

Google

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.