Le SNUipp s’inquiètait, mercredi 11 mai, d’une « remise en cause du droit de grève » à l’occasion du lundi de la Pentecôte. Le syndicat dénonce « les effets d’annonce » du ministre de l’Education nationale, François Fillon, sur l’ouverture obligatoire des écoles.

Il rappelle ainsi les propos du ministre, jeudi dernier devant les parents d’élèves de la Peep, où il avait affirmé « la grève est un droit, on verra comment elle sera suivie mais aucun établissement de l’Education nationale ne pourra fermer ses portes ». Pour le SNUipp, « tous les enseignants y compris les directeurs ont le droit de faire grève ce jour-là puisque le lundi de Pentecôte est devenu un jour travaillé ».

Sources AFP, AEF