Frédéric Vauge, le goût des autres et des couleurs

Ses études et son talent le destinaient à une carrière d’artiste peintre. Son goût pour la pédagogie l’a amené à intervenir auprès d’élèves en difficulté, puis en prison. Aujourd’hui principal adjoint du collège Louise Michel, à Chaumont, Frédéric Vauge se raconte.

« Trompette matinale »… L’amour des mots se niche jusque dans le titre de ses tableaux. Un mariage de la langue et des couleurs qui pourrait résumer à lui seul la vie professionnelle de Frédéric Vauge, aujourd’hui jeune quinquagénaire : « Pendant plusieurs années, je me suis consacré entièrement à des études et à une production artistiques… A des expositions collectives également. Mais poursuivre une carrière dans ce domaine m’a paru difficile. J’ai senti qu’il était utile d’ajouter des cordes à mon arc. J’ai donc repris mon cartable pour avoir un métier et obtenir le diplôme de professeur des écoles spécialisé ».


 


Aider les jeunes en difficulté


 


Pour mener sa deuxième vie d’étudiant, Frédéric Vauge demande et obtient un poste de surveillant. « Ce contact, même lointain, avec l’enseignement m’a convaincu de la justesse du choix que je venais de faire. Après l’obtention de mon diplôme, je suis devenu maître auxiliaire dans un internat. Je me suis occupé de jeunes engagés dans un cycle d’insertion professionnelle par alternance (Cippa)* ».


 


Très tôt, Frédéric Vauge a en effet acquis cette conviction qu’il travaillerait un jour où l’autre auprès d’élèves en difficulté : « Je retrouvais sans doute un peu de moi-même quelque part en eux. Je voulais également comprendre le fonctionnement mental des apprentissages et la cause des obstacles qui pouvaient surgir. » Le jeune enseignant qu’il est alors s’investit donc de plus en plus dans une réflexion sur la pédagogie. Ce cheminement l’amène à prendre un nouveau tournant à la fin des années 80 : « J’habitais déjà Chaumont. Le poste d’enseignant de la maison d’arrêt du Val Barizien s’est retrouvé vacant. J’ai voulu tenter l’expérience. »


 


La prison : laboratoire pédagogique ?


 


Finalement, l’expérience durera une douzaine d’années. Au Val Barizien, Frédéric Vauge anime des ateliers d’écriture, les confiant aussi, parfois, à des écrivains. Il crée un journal papier, le « Barizien libéré », puis un journal vidéo, réalisés l’un et l’autre par les détenus. « Cela peut sembler paradoxal, mais la prison constitue un lieu où l’on dispose d’une certaine liberté, explique-t-il. C’est un endroit privilégié pour réfléchir sur les pratiques et les outils pédagogiques, sur leur construction. Mais, aussi enrichissante soit-elle, la vie aux côtés de ces adultes en détresse finit par user. »


 


En septembre 2003, Frédéric Vauge change radicalement d’univers. Il devient principal adjoint du collège Louise Michel, à Chaumont. Dans ses nouvelles fonctions, il retrouve toutefois les tâches d’organisation, de planification et le contact humain qu’il appréciait derrière les murs de la prison. Mais l’encadrement de son travail a changé : « A la maison d’arrêt, j’étais seul à exercer mes fonctions. Et j’étais finalement au centre de tout. C’est l’inverse aujourd’hui : je suis moins isolé, mais je ne suis plus forcément à l’origine des projets. »


 


La solitude dont il a besoin, c’est face à ses toiles qu’il la trouve désormais : « La peinture est un lieu très personnel, un espace que je me réserve. C’est pourquoi je l’ai toujours tenue à l’écart de mes activités professionnelles, à la prison comme au collège ».


 


Après avoir goûté au plaisir d’une première exposition personnelle, à Dijon, en juillet 2002, Frédéric Vauge aimerait maintenant pouvoir se consacrer davantage à son art. « Mais mon métier me prend énormement de temps… »


 


Patrick Lallemant


 


*Le Cycle d’Insertion Professionnelle Par Alternance est conçu pour des jeunes en rupture scolaire ayant épuisé toutes les ressources du système éducatif traditionnel. Sa vocation est d’aider le jeune, conjointement avec le CIO, à construire un parcours d’insertion réussi sur une durée de 9 mois maximum. Il est toujours rattaché à un établissement scolaire (Collège-LEP). De ce fait, les jeunes bénéficient du statut d’élève.

Frédéric Vauge en cinq dates

1954 : naissance, le 25 mai.


1973-1975 : Ecole des Beaux-arts, à Beaune.


Sept. 1990 : première entrée en prison.


Juillet 2002 : première exposition personnelle, à Dijon.


Sept. 2003 : principal adjoint du collège Louise Michel, à Chaumont.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.