De l’école primaire à l’enseignement supérieur, le travail scolaire en dehors de l’école se multiplie. De plus en plus d’élèves ont en effet recours à des cours parallèles et payants. Le marché du soutien scolaire privé connaît une expansion spectaculaire : le leader Acadomia affiche par exemple une croissance annuelle de 40 % depuis cinq ans. Keepschool affiche une augmentation de plus de 300% en 2003-2004.

Le marché est dopé en fin de trimestre ou avant les périodes d’examens, particulièrement dans les matières réputées indispensables : maths, physique et langues vivantes. Par ailleurs, plus le niveau augmente, plus les clients sont nombreux. 45 % des effectifs d’Acadomia sont au lycée, dont 20 % pour la seule classe de terminale, 40 % au collège et 15 % en primaire.

Ce marché pointe l’incapacité du service public à assurer ses missions, en raison notamment de l’insuffisance de moyens pour organiser du soutien gratuit. Un système que s’apprête à dénoncer le Haut Conseil de l’évaluation de l’école. Le HCEE estime en effet que ce soutien scolaire accentue les disparités entre les élèves. Les plus démunis n’ont souvent pas accès à ces cours compte tenu de leurs prix.

Source : Libération, Les Echos