Le principal syndicat de chefs d’établissement, le SNPDEN, a demandé lundi au gouvernement d' »être partie prenante » dans les négociations engagées à la suite du mouvement lycéen. « Il ne faudrait pas que, du fait de son incapacité à gérer le mouvement lycéen, le gouvernement ne choisisse comme seuls partenaires les syndicats lycéens », a estimé le syndicat dans un communiqué.

Par ailleurs, le SNPDEN a demandé aux organisations d’enseignants de ne plus « soutenir une coordination nationale lycéenne non représentative aux modes d’action minoritaires et anti-démocratiques ». Le syndicat attend également de nouvelles concertations avec François Fillon sur le métier de personnel de direction.

Source AFP