« En tant que chefs d’établissement, nous ne pouvons pas accepter des actions qui mettent en cause la sécurité des biens et des personnes », déclare aujourd’hui 22 mars 2005, Philippe Guittet, secrétaire général du SNPDEN-UNSA, suite à l’occupation de plusieurs lycées par des élèves. « Il nous revient donc d’assurer la sécurité des élèves », estime-t-il.

Le SNPDEN est donc sur le point d’adresser à ses secrétaires académiques une note interne. « Si les circonstances l’exigent, au regard de la sécurité, le chef d’établissement peut, en en informant sa hiérarchie, prendre la décision de fermer l’internat voire l’établissement », souligne le texte. « Le SNPDEN ne saurait accepter que des actions conduisent à mettre en cause, dans les établissements, la sécurité des biens et des personnes »

Enfin, le syndicat « attend des autorités académiques un soutien sans ambiguïté aux personnels de direction qui sont, dans ces situations, particulièrement exposés ».

Source AEF