La FCPE a dénoncé mercredi 9 mars 2005 les « intimidations » et « menaces » que l’administration des établissements scolaires fait peser sur les élèves absents des cours lors des manifestations. « Jusqu’ici, les proviseurs ne sont pas allés au-delà de la menace, il n’y a pas eu d’exclusion prononcée », a assuré un représentant de la FIDL. Selon lui, des consignes ont été données par les rectorats aux chefs d’établissement « surtout depuis lundi ». « Il n’y a eu aucune instruction venant du ministère à ce sujet », a-t-on réfuté au ministère de l’Education nationale.

Par ailleurs, la FCPE déplore le refus « un peu partout en France » des proviseurs et des recteurs, de distribuer les documents de la fédération de parents d’élèves, appelant à faire du 10 mars une journée « école morte » pour dénoncer les restrictions budgétaires dans l’Education nationale et la carte scolaire 2005.

Source Nouvel Observateur, AEF