Arnaud Brunet :
les grands patrons et l’école

Michel Pébereau, Vincent Bolloré, Michel Bon… la fine fleur du patronat français expose sa vision du système éducatif dans « École : vers le déclin ? », qui vient de paraître aux éditions Little big Man. L’évènement est suffisamment rare pour mériter l’attention. Entretien avec l’auteur…

Verbatim…


 


Satisfecit.


 


(…) Il y a une sorte de satisfecit accordé au système éducatif français. C’est l’un des premiers constats qui ressort de ces onze entretiens. Cela a été une surprise pour moi, pour les gens plus qualifiés que moi en matière d’éducation qui ont lu le livre un peu avant la publication, et pour les gens qui ont assuré les commentaires (NDR : à la fin de l’ouvrage, les entretiens sont commentés par Gérard Aschieri, Secrétaire général de la FSU, Denis Kambouchner, professeur de philosophie à Paris I et Philippe Raynaud, professeur de science politique à Paris II). De manière générale, sans caricaturer, à la question de la fameuse baisse du niveau général des connaissances, la réponse est clairement positive : le niveau général ne baisse pas selon les grands patrons, bien au contraire, il aurait plutôt tendance à augmenter. (…)


 


Pour autant, derrière ce constat général, les grands patrons interrogés ne se privent pas de dire, et c’est aussi ce qui fait – je l’espère – la richesse de ces entretiens, « on pourrait faire ceci, on pourrait améliorer cela ». C’est plutôt de l’ordre du constat, mais ils pointent ici ou là des dysfonctionnements du système éducatif, qui à leur avis méritent d’être corrigés. (…)


 



Égalité ou écrémage ?


 


(…) [Les grands patrons interrogés se prononcent également sur la question de l’égalité des chances dans le système éducatif français.] C’est une question politique, donc sensible, qui est au cœur des débats sur l’éducation. Bertrand Collomb (NDR : président du Conseil d’administration de Lafarge), par exemple, estime que « l’égalité de départ, théorique, crée en fait de l’uniformité ». Mais il y a beaucoup de patrons interrogés dans ce livre qui vont plus loin, en disant de façon très nette et sans détour, que « l’égalité au moins telle qu’elle est conçue à la base crée de l’inégalité ».



Vincent Bolloré (NDR : patron du groupe éponyme) dit très crûment : « Il faut retirer des classes les éléments qui perturbent les autres, pas obligatoirement par la violence mais qui en tout cas freinent la progression de l’ensemble… », mais il précise aussitôt : « … à condition de donner une deuxième chance à ces élèves qui n’arrivent pas à s’insérer dans la micro-société qu’est la classe ». Ainsi Vincent Bolloré préconise de donner une vraie deuxième chance, telle que probablement et objectivement, elle n’existe pas aujourd’hui, avec des structures qui restent à inventer pour le coup.
[Michel Bon (NDR : ancien président de France Télécom) le dit de façon plus abrupte encore, en affirmant que « l’école doit assumer l’écrémage »]. Chacun exprime ce sentiment à sa façon et probablement avec des perspectives qui seraient très différentes s’il s’agissait de mettre en œuvre ces préconisations. (…)

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.