Dans une interview au quotidien gratuit 20 minutes, François Fillon défend la modernisation du baccalauréat. La réforme prévoit six épreuves au lieu de douze, le reste étant évalué en cours d’année. Selon le ministre, cette introduction d’une part de contrôle continu peut être « un facteur supplémentaire d’excellence et d’égalité sociale « . Le ministre de l’Education assure qu’il ne veut pas dévaloriser l’examen. Au nom du mérite, il souhaite juste que les élèves ne jouent plus toute leur scolarité sur cette seule épreuve terminale.

Cette modernisation du baccalauréat doit être préparée par un groupe de travail associant les partenaires sociaux de l’Education nationale, les représentants des parents d’élèves et des lycéens avec une mise en oeuvre prévue pour 2007. Mais les organisations lycéennes, tout comme les principaux syndicats d’enseignants, ont décidé de boycotter ces groupes de travail. Face à cette opposition, le ministre affirme ne pas vouloir se laisser faire car « il en va de l’intérêt des jeunes ».

Le ministre assure que la réforme de l’école « s’appliquera progressivement car aucune mesure n’est fondamentalement rejetée par le corps enseignant ». Il espère que le débat parlementaire permettra de rassurer la communauté éducative, notamment sur les moyens d’appliquer cette réforme.

Source : AP, AFP