Les responsables des différentes forces syndicales ont réagi aux propos tenus par le premier ministre, lundi 7 février sur France Inter. Ainsi, le secrétaire général de Force ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly a déclaré : « le premier ministre dit ‘j’écoute, mais on continue comme avant’, donc c’est encore du mépris ». « On ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé, quand il y a 500 000 personnes qui manifestent ». Et d’ajouter : « personne ne remet en cause la légitimité du Parlement. Ce qu’on demande au gouvernement, c’est aussi qu’il reconnaisse la légitimité des manifestants ».

« Le premier ministre méprise les partenaires sociaux », a renchéri pour sa part son homologue de l’UNSA, Alain Olive, jugeant que « ce cynisme souriant, pratiqué avec une telle constance, va finir par poser un problème de démocratie ». Quant à la FSU, elle aussi a parlé de « mépris », vis-à-vis notamment des enseignants envers lesquels Jean-Pierre Raffarin s’est montré, selon elle, « particulièrement insultant » en dénonçant leur « négative attitude ».

Source Le Monde, L’Express, Libération