Verbatim…


 


Les manifestations lycéennes.


 


(…) C’est un relais important avec beaucoup de dynamisme et beaucoup de fraîcheur, mais c’est aussi une action qui montre bien la réflexion des lycéens et la prise de conscience de leurs propres intérêts. Je crois qu’ils ont compris deux choses. D’abord l’aspect matériel : les TPE rapportaient des points au bac et il ne faut pas le négliger. Mais surtout, ce que me disent mes élèves – parce que je suis avant tout professeur en terminale et donc pratiquant des TPE avec eux –, c’est que cela leur permet d’être évalués sur des compétences, des savoir-faire qui ne sont pas forcement évalués ailleurs. À ce titre, les TPE sont peut-être aussi un moyen de combattre les inégalités en mettant en valeur des élèves, des compétences qui ne sont pas forcément celle des bons élèves. En TPE, je vois réussir des élèves qui ne sont pas forcément ceux qui réussissent ailleurs. (…)


 



La suite du mouvement.


 


(…) La suite du mouvement se situe autour du débat parlementaire sur le projet de loi d’orientation, le projet Fillon. L’avenir de la pédagogie est entre les mains des députés aujourd’hui. Donc, notre action va aller dans ce sens, en contactant les députés et en essayant de faire valoir tous les arguments que nous développions dans la pétition sur la nécessité de maintenir les TPE.
Il faut maintenir la pression. Il faut faire comprendre au Ministre que l’on ne peut pas supprimer comme cela, d’un trait de plume, un dispositif important qui commençait à trouver sa place et qui ne demandait qu’a s’installer dans la vie pédagogique des établissements. (…)


 



Le bilan de la mobilisation.
  
(…) Nous avons été surpris par la rapidité avec laquelle la réaction s’est faite et par la qualité des interventions sur le site de la pétition, car c’était une pétition en ligne, rappelons-le. Les signataires ont apporté leur contribution par quelques mots, pour dire pourquoi ils signaient. Et nous avons vraiment été très agréablement surpris par la qualité de l’argumentation, par la réflexion des signataires. C’est  un premier point et un premier motif de satisfaction. (…)
L’autre agréable surprise est liée à l’ampleur du mouvement. Il ne faut pas oublier que ce sont deux structures relativement légères – le Café pédagogique et le CRAP-Cahiers Pédagogiques – qui ont initié cette pétition. Nous étions dans une logique de réseau, les choses se sont mises en place assez vite avec des moyens électroniques, modernes, et puis progressivement les organisations plus traditionnelles, les syndicats, les mouvements pédagogiques, les associations disciplinaires sont venus nous rejoindre pour soutenir cette pétition. (…)