Le gouvernement affiche sa fermeté avant les mouvements sociaux

- Les jours de grève ne seront pas payés

Plusieurs secteurs de la fonction publique entament une série de mouvements sociaux cette semaine. Les syndicats de l’enseignement appellent à la grève le jeudi 20 janvier. Face à cette grogne, le gouvernement affiche sa fermeté, annonçant qu’il ne modifierait pas ses projets et refuserait de payer les jours de grève. Renaud Dutreil, ministre de la Fonction publique, indiquait ainsi dans le Journal du dimanche du 16 janvier 2005, que cette règle avait été fixée par une circulaire du Premier ministre en 2003. Sur ce point, la Fédération syndicale unitaire (FSU) se demande si le ministre cherche à « dissuader » les fonctionnaires, ou s’il tente de les « discréditer » auprès de l’opinion, en laissant entendre « que le recours à la grève ne leur coûterait habituellement rien ».

Le ministre de la Fonction publique a par ailleurs confirmé que l’augmentation des salaires des fonctionnaires serait limitée à 1% en 2005. Selon lui, avec les avancements automatiques, les salaires pourraient augmenter en moyenne de 3,1%. Une hausse que les syndicats jugent nettement insuffisante. Pour Jean-Pierre Raffarin, le gouvernement est déjà allé au maximum de ce qu’il pouvait faire.

Mais les syndicats du secteur public n’entendent pas limiter leur mouvement à la semaine qui commence, à moins d’obtenir immédiatement gain de cause. Pour l’Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT, la montée de la colère pourrait déboucher sur une unité très large. La Fédération syndicale unitaire appelle de son côté à « une multiplication des mouvements sectoriels ». Un rendez-vous de manifestation est déjà fixé le 5 février pour « la défense des 35 heures et du code du travail, pour les salaires et l’emploi. »

Source : AP, Nouvel Observateur.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.