Elisabeth Altschull fuit Thélot et suit Fillon

Démissionnaire de la commission Thélot, l’auteur de « L’école des ego. Contre les gourous du pédagogiquement correct » approuve les grandes lignes du projet de loi Fillon. Entretien…

Verbatim…


 


Retour sur une démission.



(…) Au sein de la commission du débat national sur l’avenir de l’école, j’étais davantage cernée par la technostructure de l’Éducation nationale et par un certain nombre d’idéologues (comme le sociologue François Dubet), que par les gourous du pédagogisme. Ces derniers étaient peu nombreux dans la commission Thélot.
Dans l’ensemble, je n’ai pas eu que des désaccords avec les membres de la commission. Il m’est même arrivé d’avoir des discussions à bâtons rompus très intéressantes, de façon informelle, avec certains d’entre eux. Je n’ai démissionné que quelques jours avant la publication du rapport final, lorsque je l’ai lu. Rien de ce que j’avais réussi à dire pendant les séances n’avait été retenu. Vraiment rien, c’est assez fascinant ! Inutile de dire que je ne m’y retrouvais absolument pas !  (…)


 



Manques d’ambition.



(…) Le rapport Thélot et le projet de loi Fillon manquent tous deux d’ambition à mon avis. Le rapport de la Commission Thélot, tout d’abord, a entériné un statu quo extraordinaire au sein de l’Éducation nationale. Je pense qu’il ne présentait absolument pas un caractère innovant. Je parlerais plutôt de retouches. Les problèmes n’ont pas été pris à bras le corps. En particulier celui du collège unique ! Quel intérêt y avait-il à faire venir des représentants du monde du travail dans une telle commission si ce n’était pas pour réfléchir, par exemple, à de nouvelles formules de formation en alternance pour certains élèves…
Sur cette question du collège unique, le projet de loi Fillon manque lui aussi d’ambition, puisqu’il ne propose rien ! Ceci étant dit, ce projet de loi, dans son ensemble, va dans le bon sens dans la mesure où il tente de préserver ce qui fonctionne, contrairement aux quelques propositions contenues dans le rapport Thélot. (…)


 



IUFM : à réformer d’urgence.



(…) La question des IUFM a été le point de divergence le plus fort avec la commission Thélot. A mon sens, les IUFM sont inutiles pour le secondaire, et ont détruit en primaire les très bonnes pratiques pédagogiques des instituteurs. En France, les instituteurs ont une tradition de transmission des savoirs fondamentaux d’une rigueur et d’une exigence extraordinaire. Les IUFM ont cassé cette tradition et l’ont remplacée par des théories fumeuses ! (…)

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.