Ecole : Opération de sécurisation controversée

- Une opération critiquée par les enseignants, les policiers et les juges.

Les ministères de l’Intérieur et de la Justice organisent aujourd’hui jeudi 06 janvier 2005, aux abords de plusieurs établissements scolaires des opérations de « sécurisation » contre les violences scolaires. Cette « opération nationale de sécurisation » se traduira notamment par des contrôles d’identité. D’autres actions, dont le nombre n’a pas été précisé, sont prévues dans plusieurs régions ciblant par exemple des quartiers sensibles, selon une source policière. D’après la circulaire émise par le garde des Sceaux le 3 janvier, il s’agit d’une « opération nationale de sécurisation », dans le cadre de la lutte « contre les trafics et violences divers ». Le syndicat de police Alliance a dénoncé une « opération publicitaire » tandis que le Syndicat de la magistrature fustige une action pour laquelle on ordonne « aux parquets d’abdiquer leurs prérogatives » en requérant des contrôles d’identité généralisés. Les syndicats enseignants ne sont pas en reste. « Cette opération n’est que spectacle sans le moindre intérêt et gesticulation sécuritaire à l’intention des médias », s’est insurgé Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU. Alors que son homologue de l’Unsa-Education, Patrick Gonthier a jugé que la « poudre aux yeux et l’effet spectacle dissimulent l’absence d’intérêt réel pour ces problèmes de sécurité ». Les chefs d’établissement, mis au courant à la dernière minute, prennent leurs distances : « C’est du grand spectacle, une opération d’affichage, estime le SNPDEN. On ne peut pas régler les problèmes en une journée, mais sur le long terme. » En revanche, le Syndicat des commissaires et hauts fonctionnaires de la police nationale (SCHFPN – majoritaire), l’UNSA-police (troisième syndicat de gardiens de la paix), et Synergie (second syndicat d’officiers de police), se sont félicités de cette opération. Cette action s’inscrit dans le cadre du protocole d’accord signé à Dreux le 4 octobre entre les ministres de l’Education nationale et de l’Intérieur, François Fillon et Dominique de Villepin, « contre les violences scolaires ».

Source Reuters, AFP

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.